Comment choisir un terrain pour construire sa maison ?

Le choix d’un espace d’édification d’une habitation neuve ne se limite pas à sa constructibilité, au budget ou à l’emplacement voulu. D’autres paramètres sont à prendre en compte. Il s’agit notamment de s’assurer de la facilité des travaux et de se projeter sur la qualité de vie sur le lieu. Quel est le terrain idéal pour bâtir sa maison ?

Quid du terrain isolé et en lotissement

Les surfaces en lotissement possèdent l’avantage d’être déjà viabilisé, prêt à construire, accessible et délimité. En plus, certaines démarches administratives restent à la charge du lotisseur. Par contre, les fondations demandent le respect des règles strictes. Avec un terrain isolé, il appartient au propriétaire d’effectuer le bornage et quelques travaux d’aménagement. Cette fois, pas de normes ou de charges de copropriété, l’acheteur a juste à suivre le plan d’urbanisme local. D’ailleurs, le terrain isolé se montre le mieux placé si l’on envisage, dans le futur, d’agrandir sa maison ou de construire une piscine. Mais en fin de compte, il s’agit plus d’un choix personnel.

La constructibilité du terrain

Avant d’acheter, il faut toujours passer à la mairie de la commune afin de demander le plan local d’urbanisme. À l’aide de ce document, on dispose de tous les renseignements nécessaires concernant le lieu, consulter ce site pour connaître la valeur d’un terrain. On ne doit pas omettre de se renseigner sur les règles de constructions de la zone. En effet, selon l’emplacement, des règles strictes de fondation peuvent être imposées. Des fois, le propriétaire ne bénéficie pas de la jouissance totale de ses espaces. C’est le cas lorsqu’elle est grevée de servitude (droit de passage) et de droit de préemption. Cela peut nuire à la réalisation de votre projet.

Étude de la surface et de la nature du sol

Si bien que les renseignements obtenus à la mairie se montrent satisfaisants, il y a encore une autre étape à accomplir : l’étude du sol. Il ne s’agit pas d’une obligation, mais on recommande de faire appel à un géotechnicien afin de connaître la qualité du sol et la stabilité de la future fondation sur le long terme. En fait, avec un sol gorgé d’eau ou argileux, l’apparition de fissure reste fort probable, au pire le sous-sol ne supportera pas la maison. Quant à la surface, un terrain plat est plus facile à bâtir qu’un terrain en relief ou en pente. Une pente de plus de 15 % contraint le propriétaire à effectuer un terrassement coûteux.

Analyse de la viabilisation et de l’environnement du terrain

L’étude de la viabilisation consiste à savoir si le terrain se raccorde facilement à la canalisation, à l’électricité, au gaz, à la voirie, etc. En effet, plus la distance entre la propriété, les équipements et réseaux sont longs, plus on engage des dépenses coûteuses. En ce qui concerne la topographie, l’orientation par rapport aux vents et au soleil est déterminante. Ceux-là se jouent dans la performance énergétique de la future habitation. Enfin, il ne faut pas oublier de considérer le calme, le dynamisme et l’environnement du quartier sur lequel on projette de construire. C’est-à-dire, penser au confort de vie sur le lieu une fois qu’on déménage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *